Un spectre hante Le Monde - Rouge en l'occurrence

Publié le par Statler

- Et le guéridon ?
- On en a trouvé un ! Mais seulement… il y a des clous… Bah, je pense que ça n’est pas trop grave… ?
- Hm ! Evidemment ce n’est pas bien… Mais on fera avec…
Xaveri Antonovitch enveloppa du regard le guéridon à trois pieds avec des incrustations, et ses doigts remuèrent involontairement.
Pavel Petrovitch dit :
- Ma foi je n’y crois pas. Je n’y crois pas, prenez-le comme vous voulez. Encore que dans la nature, il est vrai…
- Ah ! Que dis-tu ? C’est tellement intéressant ! Mais je vous préviens j’aurai peur !

Mikhaïl Boulgakov, Une séance de spiritisme

*

Lénine avait alors 47 ans. Son apparence physique n'était pas vraiment celle du révolutionnaire à la gueule carrée. Lui et son unique garde du corps, un bolchevik finlandais, sont abordés par une patrouille de la police gouvernementale, qui les prend pour des ivrognes et les laisse aller. A l'Institut Smolny, dans une puissante odeur de tabac et d'urine, le Congrès des soviets a fini par s'ouvrir, à 22 heures passées. Lénine n'a de cesse d'exciter la haine, et son langage atteint vite des sommets."Comme un lion en cage, il criait, hurlait, était prêt à nous faire fusiller", rapportera un militant bolchevik. Mutineries, massacres d'officiers, désertions en masse se multiplièrent tout au long de l'été et de l'automne 1917. En septembre 1918, la Krasnaïa Zvezda appelle à "tuer les ennemis par milliers, à les noyer dans leur sang", "plus de sang, le plus de sang possible".
Etrangement, ce fanatisme n'empêchait pas de faire preuve, en de nombreuses circonstances, d'une grande habileté tactique, d'un remarquable talent politique. Les bolcheviks ont prévu que le signal de l'attaque contre le Palais d'hiver doit être donné par un fanal rouge hissé au mât de la forteresse Pierre-et-Paul. On perd un temps considérable à trouver un fanal.
Le Palais d'hiver est tombé, et une foule enthousiaste s'y presse : on a découvert les caves du palais, on s'abreuve de Château Yquem et de vodka. La beuverie dure plusieurs jours, et quand, pour y mettre fin, on fait vider le vin dans la rue, les passants se mettent à en boire dans les caniveaux. Un propagandiste affirmera « Lénine ne saurait être tué, parce qu'il est la résurrection des opprimés. » En attendant, il est surtout un destructeur acharné de l'ancien monde. La plupart des habitants de la ville ne se sont rendu compte de rien.

*
Où la Pravda prendra-t-elle de l’argent si vous lui enlevez les annonces publicitaires ?
Lenine, XIe Congrès du P.C.(b)R, 2 avril 1922

Publié dans le balcon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gonzolo 15/11/2007 08:57

Plutôt la win, Statler. Je progresse. Mais j'ai beaucoup loosé au début et je suis pas encore revenu à l'équilibre.

Statler 14/11/2007 21:16

Alors ça je suis d'accord ! Et l'économie marchande également ! voilà qui devient inetressant !Et sinon le poker, plutot la win ou plutot la lose ?

gonzolo 14/11/2007 16:27

En fait, même le socialisme, j'ai toujours trouvé que c'était plus une variante du judéo-christianisme qu'autre chose...

Wal 13/11/2007 19:51

Finalement, c'était peut-être ça le léninisme : un fort esprit traditionnaliste russe teinté de socialisme, non ?

gonzolo 13/11/2007 11:29

"En attendant, il est surtout un destructeur acharné de l\\\'ancien monde."
 
Bof. Tout ça est très traditionnellement russe finalement...